Hello,

Ici Etienne, content de te retrouver 🙂

Comme d’habitude, tu trouveras dans cette lettre :

  • Un cas clinique đŸ€“
  • Le partage d’un de mes centres d’intĂ©rĂȘts du moment 🧐
  • Un sujet sur lequel j’ai rĂ©flĂ©chi durant le dernier mois đŸ€Ż
  • Mes pistes de rĂ©flexion concernant le cas clinique de cette lettre.

Histoire d’un genou “cisaillĂ©”.

Manon est une ingĂ©nieure de 32 ans, sportive, qui alterne entre une pratique de course Ă  pied 👣 et du fitness đŸ‹ïžâ€â™€ïž.

Elle vient me voir car Ă  la fin de ses entrainements de course Ă  pied, son genou est douloureux. Parfois Ă  l’intĂ©rieur, souvent Ă  l’extĂ©rieur, avec une sensation de genou “cisaillĂ©â€ entre son fĂ©mur et son tibia.

On lui parle de “syndrĂŽme rotulien”, de “syndrĂŽme de l’essuie-glace”
 car il faut bien “mettre son cas dans une case”! Selon moi, il n’existe pas de “case” pour son problĂšme, comme pour ceux de la majoritĂ© de mes patients d’ailleurs.

Difficile de rĂ©flĂ©chir en terme de “case” quand on entraĂźne son cerveau Ă  rĂ©flĂ©chir de maniĂšre globale depuis plus de 15 ans. On en reparlera. Revenons en au cas de Manon:

A l’examen clinique (mĂ©dical et ostĂ©o), on retrouve une hyperlaxitĂ© de cheville gauche, qui peut ainsi potentiellement nous faire cocher la case ✅ de “cheville instable” 🙃. En effet, ceci est confirmĂ© par les antĂ©cĂ©dant (entorses Ă  rĂ©pĂ©titions) et le vĂ©cu de la patiente (sensation d’instabilitĂ© sur sa cheville gauche).

Au niveau mĂ©dical, RAS au genou. En ostĂ©o : des contraintes tissulaires importantes avec une impression de genou “serrĂ©â€ et une restriction globale de mobilitĂ© tissulaire.

Au niveau de la hanche : on retrouve globalement une hypermobilitĂ© en RE, RI et F. FADRI et FABER nĂ©gatif. En l’interrogeant, elle nous parle d’épisode douloureux au niveau inguinal, en avant de l’articulation de la hanche. Les test de micro-instabilitĂ© de hanche provoquent d’ailleurs une mise en tension Ă  l’endroit ou elle ressent parfois une douleur. On reparlera de la micro-instabilitĂ© de hanche avec une pointure internationale, dans un prochain Ă©pisode du podcast 👌

Dernier indice : une belle rotation g de hanche en décubitus dorsal !

Mon sujet du moment đŸ€“

Lorsqu’une personne que j’estime “de confiance” me parle d’un livre intĂ©ressant, j’ai tendance Ă  aller voir plus en dĂ©tail ce dont il parle. Parfois je l’achĂšte, et je le lis.

C’est ce que j’ai fait avec le fameux best seller â€œGlucose rĂ©volution”, dont les concepts n’ont rien de rĂ©volutionnaires, mais qu’il est cependant intĂ©ressant de lire car l’auteure est trĂšs douĂ©e en vulgarisation mĂ©dicale.

Vous verrez maintenant ce livre dans toutes les librairies 🙂

L’idĂ©e principale du livre est la suivante : manger de maniĂšre Ă  ne pas provoquer des pic de glucose dans ton sang.

En effet, qui dit “pic de glucose”, dit “pic d’insuline”, dit “hypoglycĂ©mie de rebond”, dit “envie de glucose +++ ensuite” 
 đŸ„Ž

AssociĂ© Ă  ce cercle vicieux, il faut mentionner quelques effets indĂ©sirable qui m’ont motivĂ© Ă  adopter ce type de “rĂ©gime” et dire non aux chocolats chauds et autres sucreries : fatigue/coups de barre, irritabilitĂ©, stockage de graisse


En d’autre terme, l’auteure nous invite Ă  lisser notre glycĂ©mie tout au long de la journĂ©e, dans le but d’ĂȘtre plein d’Ă©nergie et de rĂ©gler tout un tas de problĂšmes de santĂ©.

Rien de trùs nouveau n’est-ce pas ?

Personnellement, mes motivations sont divisĂ©es entre l’envie d’avoir une bonne Ă©nergie tout au long de la journĂ©e, et retrouver mon corps d’athlĂšte que je suis en train de perdre petit Ă  petit avec l’ñge 😜

Ce qui est nouveau, c’est que j’ai dĂ©cidĂ© d’investir un peu sur moi d’une nouvelle maniĂšre. Je me suis payĂ© un suivi chez un diĂ©tĂ©ticien qui travaille avec des capteurs de glycĂ©mie. C’est Ă  peu prĂšs ce qu’utilisent les diabĂ©tiques pour suivre leur glycĂ©mie, mais c’est fabriquĂ© par une entreprise indĂ©pendante du circuit mĂ©dical. Ce capteur me permet de constater en temps rĂ©el les fluctuation de ma glycĂ©mie, en fonction de mes activitĂ©s et de ce que je mange. IntĂ©ressant n’est-ce pas ? 🧐


Si vous regardez la ligue 1 âšœ, vous risquez d’apercevoir ces petits capteurs sur les triceps des mecs.

Voici ce que me montre l’appli sur mon smartphone aprĂšs un repas au resto đŸ˜”

Pour l’instant, j’ai effectivement l’impression d’avoir plus d’énergie pendant mes journĂ©es 🚀

Suis-je en train de retrouver mon corps d’athlĂšte Ă©galement ?

Oui. Petit à petit 😁


Faire de sa vie une formation đŸ€“

Lorsque je parle Ă  des chirurgiens, comme dans le podcast avec David Dejour, ou dans celui avec JerĂŽme Garret, vous pouvez constater que ces gars-lĂ  organisent leurs semaines de la mĂȘme maniĂšre : 2 jours de bloc, 2 jours de consultation, 1 jour pour le reste.
Dans ce “jour qui reste”, ils occupent leur temps de maniĂšre variĂ©e : recherches, communication, enregistrements de podcast “Et surtout la santĂ©â€ 🧹, lectures, travaux en lien avec leurs projets du moment


De la mĂȘme maniĂšre, je consacre maintenant un jour complet par semaine (+ le weekend) durant lequel je ne consulte pas, pour travailler sur mes projets : podcast, lectures, formation et cette newsletter que tu es en train de lire ❀

Je rĂ©flĂ©chis aussi beaucoup Ă  la question suivante : “comment rendre ta vie assez stimulante pour que tu ais l’impression de te former et d’évoluer en permanence”, et ainsi Ă©viter le piĂšge de la routine de l’ostĂ©opathe qui enchaĂźne ses journĂ©es de consultations, et qui, au bout des quelques annĂ©es de cabinet, ressent sa motivation et la fraĂźcheur de ses dĂ©buts s’estomper.

Pour ceux qui ne sont pas ostĂ©opathes, sachez que ceci est un gros piĂšge dans notre mĂ©tier, dans lequel il est facile de tomber. On peut ainsi passer beaucoup d’annĂ©es sans Ă©voluer, alors qu’on a un mĂ©tier en thĂ©orie “idĂ©al” pour â€œgrandir” et apprendre toute notre vie đŸ’›

Je pense que je pourrais Ă©crire un livre sur le sujet.

Pour Ă©viter ce piĂšge, l’un des facteur majeur est selon moi le suivant : appartenir Ă  une communautĂ© qui te pousse et t’accompagne dans ton Ă©volution.

En d’autre terme : s’entourer de gens bienveillants, dans une dynamique d’évolution Ă  peu prĂšs similaire Ă  la tienne.

Pour rappel, le “besoin d’appartenance” est le troisiùme niveau de la fameuse pyramide de Maslow.

Cette dynamique communautaire est une chose sur laquelle je travaille beaucoup en ce moment, pour faire Ă©voluer et optimiser ma formation “OstĂ©o et sport”.

Mathilde, ostĂ©opathe Ă  Lyon et participante de la premiĂšre Ă©dition, explique ainsi Ă  la fin de l’aventure :

“Aujourd’hui, il me parait clair que les formations qui m’ont apportĂ© le plus sont celles dont le groupe formĂ© affiche une certaines cohĂ©rence, tout en ayant une diversitĂ© de profils riche
 Dans un mĂ©tier comme le notre, nous sommes souvent seuls face Ă  nous mĂȘme, en cabinet ou en structure, oĂč le manque d’échange avec les collĂšgues se fait sentir, cela est parfois difficile Ă  gĂ©rer, en plus de conduire Ă  s’enfermer dans une routine, sans trop de remise en question”

“La formation “OstĂ©o et sport” nous a permis de crĂ©er ce genre de groupe soudĂ©, d’ostĂ©opathes passionnĂ©es, avec des expĂ©riences diverses et variĂ©es, mais surtout avec la volontĂ© de toujours Ă©voluer et d’ĂȘtre des meilleurs thĂ©rapeutes pour nos patients.”

Merci Ă  Mathilde pour ce tĂ©moignage, qui me motive Ă  pousser “l’expĂ©rience participant” encore plus loin.

Pour cela, l’une de mes pistes de rĂ©flexion est la suivante : organiser un sĂ©minaire par an (rĂ©servĂ© aux anciens participants de la formation “OstĂ©o et sport”) avec des invitĂ©s “exceptionnels”.

En plus d’apprendre de la part de ces “invitĂ©s exceptionnels”, ce genre de sĂ©minaires sera l’occasion de se revoir, d’échanger avec les collĂšgues des autres promos, et Ă©videmment, de passer des moments conviviaux đŸ„ł

Une belle continuitĂ© n’est-ce-pas ?

Dites-moi ce que vous pensez de cela svp, j’ai besoin de vos avis 🧐


RĂ©ponse au cas clinique du jour :

Manon prĂ©sente donc selon moi des zones d’instabilitĂ©s (cheville est hanche), du cĂŽtĂ© de son genou douloureux. De quoi donc imaginer une souffrance du genou, qui essaye de crĂ©er de la stabilitĂ©, notamment en “se verrouillant”. D’oĂč cette sensation de genou “serrĂ©â€ sous les mains. Imaginez-vous Ă  la place du genou, essayer de faire le travail des collĂšgues qui n’assument pas leur tĂąches 🙃

PhĂ©nomĂšne (de compensation) classique n’est-ce pas?

Mais comment prendre cela en charge ? 🚧

L’ostĂ©opathie est normalement “utilisĂ©e pour libĂ©rer les blocages”, qu’il soient articulaires, tissulaire, Ă©nergĂ©tique
 ou bien (Ă©videmment) les trois en mĂȘme temps.

Difficile donc, d’amener de la stabilitĂ© Ă  la cheville ou la hanche, via une pratique qui redonne du mouvement.

J’ai donc renvoyĂ© cette patiente chez un collĂšgue kinĂ© du sport (aprĂšs avoir fait un travail global quand mĂȘme), qui sans doute, entamera un autre travail dans le but de stabiliser la cheville et la hanche de Manon.

Je laisserai bien sĂ»r ce dernier confirmer mon hypothĂšse via des test fonctionnels, qu’il maĂźtrise (normalement) + que l’ostĂ©opathe đŸ€

Pour cette fois, ce n’est donc pas mes compĂ©tences d’ostĂ©opathe Ă  proprement parler qui ont aidĂ© la patiente, mais plutĂŽt ma “vision globale”.

Vision globale qui est selon moi l’une des grosses “plus-value” de l’ostĂ©opathe, nĂ©cessaire Ă  la comprĂ©hension et la rĂ©solution de nombreux problĂšme, malheureusement trop souvent Ă©tudiĂ©s de maniĂšre analytique.

On reparlera de cela ultérieurement, car la lettre commence à devenir longue.

En attendant, je t’invite Ă  laisser un commentaire pour me faire un retour sur ce genre de contenu. En espĂ©rant que tu ais apprĂ©ciĂ© ce petit moment de lecture, je te souhaite une belle fin de mois de mars, et te dis Ă  trĂšs bientĂŽt, sur Instagramdans tes oreilles, ici, ou mĂȘme dans la vraie vie đŸ€—

Etienne.